And The Pierrick Pédron

le Chroniques , , ,

Attention : musique « easy listening » de haute couture !

Pierrick Pédron, saxo-leader de talent, convoque ici une équipe de fidèles et, avec cet « all-stars band », réveille l’esprit de Franck Zappa & John Zorn réunis, nous offrant ainsi une relecture réjouissante des musiques « à atmosphères »…
Accents 70’s, jazz afro (& ethio !), funk, jazz-rock, pop psychédélique, BO de films inspirations blaxploitation ou S.F. : tout passe à la moulinette de cette folle équipée, qui sous la direction de P. Pedron fait sens. La musique s’y fait terriblement accessible et luxuriante à la fois : cohésion et foisonnement donc, que l’on retrouve décliné comme suit : associations batterie / percussions / xylophone, claviers aux accents synthétiques (façon Herbie Hancock), guitares rythmiques trempées dans un grand bain funky…

Il faut dire que Pierrick Pédron porte ce projet depuis belles lurettes : après avoir repoussé toujours un peu plus loin les frontières de son inspiration (avec l’OMRY, les albums « Cheerleaders », « Kubic’s Monk » & « Kubic’s Cure »), il couvait l’envie de renouer avec ses débuts musicaux dans les clubs parisiens, où la pulsation groove et les projets jazz-rock rythmait son quotidien (et sans doute ses nuits)…
L’équipe (parlons-en) a été recruté avec soin… : album réalisé avec Jan Weissenfeldt, moitié des Whitefield Brothers – à qui on ne la fait pas côté éclectisme… -, pour une prise de son effectuée dans les chaleureuses conditions du live. Côté musiciens, on retrouve notamment le claviériste Vincent Artaud, autre grand metteur en son français, Chris de Pauw, guitariste de l' »OMRY » et de « Cheerleaders », ainsi que Damon Brown, collègue trompettiste hard bopper anglais.

On ressent en effet l’enthousiasme de tout ce petit monde, qui a peaufiné ce projet aux petits oignons, mais tout en prenant soin de laisser à l’auditeur un accès des plus directs, des plus simples, à leur musique… Musique « facile à écouter » donc, mais avec l’exigence, et la flamme ! Car c’est aussi au fur et à mesure des écoutes successives que l’on distingue, peu à peu, toutes les strates de ce bel objet musical, créant « une brèche dans l’espace-temps »…

Paru sur Jazz Village en 2016.