Le cri des fourmis Iaross

le Chroniques , ,

Voici le quatrième album du groupe Iaross. Dans ce trio, on trouve trois garçons aux talents multiples : un batteur qui joue les délicats percussionnistes (Germain Lebot), un guitariste qui maîtrise le synthé (Colin Vincent) et un chanteur qui s’accompagne au violoncelle (Nicolas Iarossi, qui donne son nom au groupe).

On est dans la chanson française mais ouverte à tous les vents. Le phrasé du chanteur, texte d’abord parlé et murmuré pour finir déclamé et chanté, nous rapproche du slam. La musique, au départ souvent dépouillée,  s’enrichissant au fur et à mesure de la chanson, nous mène au rock progressif. Ici ou là, des paroles en maloya, l’utilisation d’une kora, apportent une touche world. Et le jazz, l’electro font clairement aussi partie des inspirations.

Dans cette ambiance, hésitante, entre douleur et colère sourdes, les mots du chanteur, choisis, parfois incisifs, se révèlent d’une poésie touchante.

Cet album original nous offre un moment d’écoute précieux  et intense.

 

Partagez cet article :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+