Madness : One Step Beyond John Reed

le Remix , , ,

Madness15 août 2015 – 22 mars 2016. Soit 7 mois. C’est le temps dont j’ai eu besoin pour venir à bout de cette biographie. Oui, je sais, je suis un très mauvais lecteur. Mais cela valait le coup ! Ils me manquent déjà les petits gars de Camden Town, London, England.

Ce livre raconte, par le menu, l’histoire du groupe anglais Madness. Pour certains, c’est le groupe qui a pondu 2, 3 hits majeurs des 80’s (One Step Beyond, Night Boat To Cairo, Our House, …) que l’on joue dans les bal de noces ou les kermesses, pour d’autres c’est l’ Angleterre pop dans toute sa magnificence !
Cette histoire commence en 1976 et se poursuit de nos jours. Cette somme de 698 pages propose donc de comprendre comment 7 jeunes adultes issus des classes populaires et, pour la plupart de familles dysfonctionnelles, ont réussi via leur amour pour la musique, pour leur ville et leurs compatriotes à devenir un étendard de la pop music britannique. Car incontestablement Madness bénéficie aujourd’hui auprès de la population du Royaume-Uni d’une aura égale à celle des Beatles ou des Kinks. De nombreux groupes et artistes (Morissey, Supergrass, Arctics Monkeys) revendiquent l’héritage de Madness.

Curieusement l’esprit Madness est assez éloigné du rock. Le ska, le reggae, le rhythm’n’blues sont leurs influences majeures. Le visage de Ian Dury est aussi très présent tout au long de l’œuvre de Madness. Le music-hall est une source constante d’inspiration également. S’ajoute à cela la faculté de trousser des textes qui mêlent poésie surréaliste, humour et observation pertinente des mœurs de leurs compatriotes de l’ère post-Thatcher. A noter que les 7 membres sont tous auteurs et / ou compositeurs.

On imagine la somme de travail que l’auteur a fourni pour écrire ce livre. Il y a vraiment tout sur Madness le groupe, mais aussi foule de détails sur chacun de ses membres. De la fulgurante ascension de la première moitié des 80’s à la traversée du désert de la seconde moitié de ces mêmes 80’s, en passant par la renaissance inespérée des 90’s avec son point d’orgue, le concert / séisme Madstock en 1992 et enfin la consécration ultime en 2009 avec l’album The Liberty of Norton Folgate (autant de ventes que One Step Beyond en 1979). La grande histoire mais aussi les petites. La brillante carrière parallèle de Suggs, le chanteur, à la télévision ou à la radio est largement évoquée ainsi que celle de Chas Smach, le second chanteur, à la tête de labels qui compteront, tout au long des années 1990 et 2000. L’auteur s’arrête également sur les projets multiples dans le domaine musical des autres membres du groupe (Lee Thompson, Chris Foreman, Woody Woodgate et Mark Bedford) et l’exil volontaire aux Pays Bas du principal compositeur, le clavier Mike Barson alias Mr Barso.

Mais le personnage principal de cette histoire épique est peut-être Londres. Le Londres de la fin des 70’s avec ses allures de petit village et sa faune locale disséminée dans des quartiers identifiables grâce aux clubs de foot et aux pubs, devenu le village global du début du XXIème siècle avec sa foule bigarrée et mouvante.
Madness, One Step Beyond est une belle histoire. C’est l’histoire de 7 gamins des rues de Londres qui ont su s’inspirer de l’esprit » Do it yourself  » initié par le punk rock de la fin des 70’s pour ensuite écrire une des plus chouettes histoires de la pop britannique. A noter que lors du festival Rock en Seine à Paris en 2009 c’est Madness qui a remplacé Oasis au pied levé suite à la désintégration du groupe des frères Gallagher !

MADNESS : one step beyond. Un livre de John Reed traduit de l’anglais (parfois approximativement, mais vu l’ampleur de la tâche, on pardonne volontiers) par David Perez. Edité par l’éditeur qui véhicule le rock, Camion Blanc.

Partagez cet article :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Laisser un commentaire